soleil

Pot Rando'Club   à Perpignan - Randonnées, Raquettes ...

Nous sommes le jeudi 24 juin 2021    Nous fêtons les : Baptiste - Hans - Ivan - Jean - Jean-Baptiste - Joan - Joannie - Joanny - Yann - Yannick - Yoann - Yvan -   Demain : Aliénor - Éléonore - Lore - Nora - Prosper - Salomon -

Pot Randos Club

Image aléatoire

Venez nous rejoindre pour randonner en toutes saisons dans nos belles Pyrénées (Pyrénées-Orientales, Aude, Ariège, Catalogne...)
Deux niveaux sont proposés :

  • Groupe montagnards : 6 à  8 heures de marche, dénivelé positif d'environ 1000 mètres. Raquettes / crampons en période hivernale.
  • Groupe randonneurs : 4 à  6 heures de marche, dénivelé de 100 à  400 mètres, avec généralement une grillade proposée lors de la pause méridienne.

Ces randonnées se pratiquent le dimanche et parfois sur le weekend avec bivouac, refuge ou gîte.
Vous pouvez consulter le programme du semestre en cliquant sur la rubrique "Programme" en haut de la page.

!Pour participer à  une première sortie, veuillez préalablement prendre contact avec l'organisateur de la randonnée .

Didier 06 45 67 54 42 - Jean-François 06 20 40 63 05 - Guillaume 06 89 62 03 00 - Cathy 06 52 14 10 16
Jean A 06 63 80 33 35 - Daniel 06 67 39 17 10 - Jean D 06 72 78 26 58 - Dominique 06 35 31 37 54

** Ensuite, il vous suffira de vous rendre sur le lieu de rendez vous à  l'heure indiquée, en principe sur le parking de la piscine du Moulin à  Vent à  Perpignan.
Vous choisirez alors soit, à  titre d'essai, de ne prendre que l'assurance/participation à  cette randonnée (3 euros), soit de souscrire à  la licence annuelle (35 euros)
Pour nous rendre sur le lieu de départ de la rando, nous pratiquons habituellement le covoiturage.


Liens : Guide de la Nature - Flore - FSGT - Généalogie catalane partielle -
Pages Infos : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88

dimanche 14 février Autour de La Palme* (11)

image
Le nom découlerait de l’ancien occitan qui désignait une taxe dont devaient s’acquitter ceux qui souhaitaient pêcher sur les terres du seigneur. Le village se trouve au bord d’un étang. Il est cité sous l’appellation Palma dans un document de 814.
Il existe une autre thèse qui fait dériver le toponyme du latin palma (= branches, jeunes bois).
Durant la préhistoire et durant l’Antiquité, le cordon littoral sableux qui cerne l’étang de La Palme n’était pas encore formé. Le site de l’actuel village se trouvait donc en bordure de mer.
Dès 805, Charlemagne fit don du site de l’actuel village à la prestigieuse abbaye bénédictine de Lagrasse. A la même époque le lieu-dit Saint Pancrace devint le fief de la maison seigneuriale de Narbonne.
Des textes datant de 814 attestent de l’existence d’un lieu de culte « palma cella » dédié à Saint Jean l’Evangéliste. Au XIe siècle un château appartenant à la puissance ecclésiastique fut construit près de l’église Saint Jean. Il aurait abrité un prieuré bénédictin dépendant de l’abbaye de Lagrasse.
Le village s’est constitué au XIIe siècle autour de ce lieu de prière. La petite chapelle s’avéra trop petite pour dispenser le besoin de spiritualité locale. C’est ainsi que l’église actuelle fut appelée à remplacer le vieil édifice. Sa consécration intervint en 1147.
En 1206 le vicomte de Narbonne aurait donné en fief le site de Saint Pancrace à un certain Amiel d’Auriac. Ce dernier était apparenté à la puissante famille seigneuriale de Termes. Il reste encore en ce lieu une chapelle du Xe siècle.
L’actuel territoire de la commune était partagé entre deux seigneurs l’abbé de Lagrasse et Amiel d’Auriac.
La croisade des Albigeois (1209-1213 et 1226-1229) épargne La Palme. La protection de l’archevêque s’avéra déterminante. Le village devint le siège d’un archiprêtré en 1254 qu’il perdra le siècle suivant au profit de Roquefort les Corbières (1318)....
[rouge]Pour se

lien(s) : Descriptif

Dimanche 07 février 2021 - Prats-Balaguer 1309m / Col Mitjà 2367m***

image
Nous monterons par le sentier qui contourne le pic de Cucurucull (1885 m), il monte d’une façon soutenue mais régulière dans un très joli sous bois. Arrivés aux collets d’Avall où la vue s’élargit sur les sommets alentour, nous poursuivrons sur la piste pour arriver au col Mitjà.

 

Dimanche 31 janvier 2021 Le Pic de Ginebre en raquettes*** ( 2382m)

image
Je vous propose ce dimanche une randonnée dans le Donezan en traversant des lieux bien connus des touristes l’été mais qui en hiver retrouvent leur isolement d’origine.
Nos pas nous conduiront le long de la route forestière de Prat d’Encoille vers le Pré de Jasse Claude où une rapide montée nous permettra d’admirer l’Etang de Quérigut petit bijou bien caché dans la forêt.
A ce moment là et suivant la forme de chacun, la montée sur la crête menant au pic de Ginèvre sera source de plaisir pour certains ou d’effor physique pour d’autres...

 

Dimanche 31 janvier 2021 Montesquieu**

image Le lieu de Villanova apparaît dans les sources en 854 dans un diplôme de Charles le Chauve. Le souverain confirme le droit de propriété de deux frères, Sumnold et Riculf, sur des biens situés à Moniano (Mailloles commune de Perpignan), à Cabanes (commune de St Génis des Fontaines) et à Villanova : du latin villa= ferme puis village et de Nova= nouvelle.
Cette ville neuve fut appelée au X e s « vilanova in radicem Montis Albarie » c’est- à-dire au pied des Albères. Elle gardera son nom jusqu’à l’établissement d’un château sur une éminence voisine au cours du XIe siècle.
Siège d’une seigneurie importante, le château de Monte Esquivo (Montesquieu), dominant tout le territoire de l’ancienne Villanova, a attiré la population sous ses murs et a donné son nom (1093) au village se développant à ses pieds.
Cette seigneurie, liant le site sommital de Sant Cristau à celui du piémont Montesquieu, tient son origine du château de St Christophe. Bien que le castrum Sancti Cristofori n’apparaisse qu’en 1075, sa construction s’enracine dans le Xe s. La chapelle castrale en ruines qui s’y trouve est très caractéristique des constructions préromanes et est reconnue comme une des plus anciennes du Roussillon (IXe et Xe s).
La famille des châtelains était sans doute établie antérieurement sur le piton de Sant Cristau à 1015 m d’altitude situé à 3 kms au sud du village. Les seigneurs décident de bâtir au piémont, dans la zone des terres cultivées de Vilanova, un château plus confortable que leur nid d’aigle.
C’est chose faite en 1084, lorsque Guillem Bernard, seigneur de Sant Cristau, prête serment au comte Guilabert II du Roussillon pour le château ou forteresse récemment construit à Vilanova.
Cette seigneurie forme un ensemble compact de St Martin et de St Jean d’Albera à Villelongue dels monts et au Boulou. Elle possède aussi des territoires dans la plaine du Roussillon.
La dynastie des Montesquieu s’éteint avec Arnau Guillem, mort en 1324, sans descendance. Un moment inféodé à Ademar de Mosset par Jacques III de Majorque, la seigneurie passe à la mort de ce dernier aux mains de son rival Pierre IV le Cérémonieux.
Celui-ci en fait don à son épouse. Leur fils l’Infant Joan en hérite et la vend à un banquier perpignanais Bartomeu Gari qui la cède, en 1390, à Berenger d’Oms, dont la famille la conservera jusqu’en 1682.
Aujourd’hui le château a en grande partie disparu. Il ne reste à son emplacement qu’une vaste plateforme arasée au sommet de la butte qui le portait. Parmi ses ruines, seuls sont bien conservés les vestiges d’une salle voûtée en berceau brisé dont la datation serait plus tardive (XIVe et XVe s)......

lien(s) : Descriptif

Dimanche 24 janvier 2021 - El Bony Vermell de Castellar*** (2418m) en raquettes

image Le circuit proposé démarre du Pla dels Avellans, terminus d’hiver de la route des Bouillouses. Après l’avoir parcourue quelques centaines de mètres, nous l’abandonnerons au niveau de l’Accordéon pour entrer dans la Forêt de Llívia au cœur de laquelle se cachent les premiers lacs. Surpris dans leur intimité, ils nous observeront progresser dans un silence parfait, juste égratigné par le crissement de nos raquettes. Selon l’épaisseur de la glace, nous pourrons nous y aventurer ou longer sagement leurs rives et faire le choix du meilleur itinéraire en direction du barrage. Après avoir franchi ce monument édifié au tout début du 20ème siècle en vue de fournir l’électricité nécessaire au fonctionnement du Train Jaune, nous quitterons les balisages pour nous diriger droit sur notre objectif par des vallons sauvages.
Par sa crête Nord-Ouest nous atteindrons le sommet de cette éminence nous offrant une vue dégagée sur le massif du Carlit et l’ensemble des lacs supérieurs. Après la pause méridienne nous reviendrons vers l’Hôtel de Bones Hores par le sentier d’été que nous récupérerons à l’Estany de les Dugues. C’est le GR10 qui nous ramènera à nos voitures impatientes de nous proposer le confort de leur habitacle vite surchauffé.

(*) Matériel d’hiver
En plus de l’équipement habituel (raquettes-bâtons) et du fond de sac (couverture de survie, briquet, lampe frontale), il est admis que le choix des effets personnels reste à la convenance de chacun. Il est néanmoins nécessaire de s’équiper raisonnablement pour sa propre sécurité mais également celle du groupe.
Requis : vêtements chauds, veste imperméable, chaussures montantes étanches, gants, bonnet, lunettes de soleil.
Recommandé : guêtres, crampons, crème solaire, pelle à neige, mini tapis de sol…
Les chauffeurs penseront également à bien chausser leur auto (chaînes à neige dans le coffre)

lien(s) : Descriptif de la Rando

version php = 7.3.28    Administration  -  site créé par Denis Lambert, à Perpignan. Pour tout renseignement, contactez Villa Flore
Nb total de visiteurs: 143416 Nb de visiteurs aujourdhui: 60 Nb visiteurs connectés: 2 - Referencement Google On n'hérite pas de la terre de ses parents ... On l'emprunte à ses enfants (Saint-Exupéry) ... Protégeons la ...