soleil

Pot Rando'Club   à Perpignan - Randonnées, Raquettes ...

Nous sommes le mercredi 21 février 2024    Nous fêtons les : Dinan - P. Damien -   Demain : Isa - Isabel - Isabella - Isabelle - Terry -

Pot Randos Club

Image aléatoire

Venez nous rejoindre pour randonner en toutes saisons dans nos belles Pyrénées (Pyrénées-Orientales, Aude, Ariège, Catalogne...)
Deux niveaux sont proposés :

  • Groupe montagnards : 6 à  8 heures de marche, dénivelé positif d'environ 1000 mètres. Raquettes / crampons en période hivernale.
  • Groupe randonneurs : 4 à  6 heures de marche, dénivelé de 100 à  400 mètres, avec souvent une grillade proposée sur aire aménagée en période autorisée lors de la pause méridienne.

Ces randonnées se pratiquent le dimanche et parfois sur le weekend avec bivouac, refuge ou gîte.
Vous pouvez consulter le programme du semestre en cliquant sur la rubrique "Programme" en haut de la page.

!Pour participer à  une première sortie, veuillez préalablement prendre contact avec l'organisateur de la randonnée .

Didier 06 45 67 54 42 - Jean-François 06 20 40 63 05 - Guillaume 06 89 62 03 00 - Cathy 06 52 14 10 16
Jean A 06 63 80 33 35 - Daniel 06 67 39 17 10

Ensuite, il vous suffira de vous rendre sur le lieu de rendez vous à  l'heure indiquée, en principe sur le parking de la piscine du Moulin à  Vent à  Perpignan.
Vous choisirez alors soit, à  titre d'essai, de ne prendre que l'assurance/participation à  cette randonnée (3 euros), soit de souscrire directement à  la cotisation annuelle incluant la licence (35 euros)
Dans les deux cas un certificat médical de non contre-indication à la pratique de la randonnée est exigé.
Pour nous rendre sur le lieu de départ de la rando, nous pratiquons habituellement le covoiturage.


Liens : Chants d'oiseaux - Guide de la Nature - Flore - FSGT - Généalogie catalane partielle -
Pages Infos : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56

La Carabassa***2738m en remplacement du Vignemale les 14, 15 et 16 mai 2016

image Le POT a programmé une randonnée sur trois jours le weekend de la Pentecôte, les 14, 15 et 16 mai 2016.

Cette sortie conditionnée à une météo favorable mais également à l'ouverture effective du refuge de Baysselance n'a pu se réaliser. Comme prévu, un projet de substitution a été proposé au groupe en Cerdagne catalane: El Puig de la Carabassa 2738m et els Estanys de la Muga avec hébergement en gîte dans le petit village de Talltendre.

 

Dimanche le 8 mai 2016 PRATS DE SOURNIA**

Perché à 640m d’altitude, Prats de Sournia est un village pittoresque blotti au pied de sa tour. Surnommé le balcon du Fenouillèdes on découvre un point de vue superbe sur les Corbières, la mer et le pic du Canigou.
La 1ère mention du lieu remonte à l’an 1011.La bulle du pape Serge V mentionne en effet un alleu possédé par l’abbaye de Saint Michel de Cuixà « in villa pratis »dans la vallée de Sournia. Le toponyme évoque la présence de prés (pratis en latin) donc de lieux d’élevage. Un lieudit actuel les Prazels (petits prés) renforce encore cette notion. Le village était situé sur un important chemin de transhumance.
L’appellation actuelle ne date que de 1933. Le déterminant de Sournia a été rajouté, lorsque Sournia est devenu chef-lieu de canton, pour distinguer ce Prats de ses homonymes de Prats de Mollo et Balaguer.
Le village est dominé par une tour quadrangulaire dont on ne sait trop si elle fut une simple tour à signaux ou si elle faisait partie d’une fortification plus importante. Elle fut ensuite transformée en horloge municipale. La tradition orale est toujours vivace : les habitants appellent le haut du village « le château ».......

 

Le dimanche 24 avril 2016 Le Tarbésou*** REMPLACEE PAR LE CAMBRE D'ASE

Le Mirador du Donezan
Dominant directement la station de ski de Mijanès , le pic de Tarbézou, jouit d’une grande réputation , à tel point que son ascension est aujourd’hui devenue une classique incontournable de la région.
Nos raquettes ou nos pas nous conduiront vers la Bergerie (1720m) afin de longer tranquillement le ruisseau de la Maure.
Sous la surveillance du géant du Donezan, nous bifurquerons, vers le pic de la Coumeille de l’Ours ou une montée rapide nous conduira au sommet tant désiré.
La descente nous offre une quantité de solutions, que nous prendrons en fonction des conditions météorologiques.

 

Le Dimanche 24 avril 2016 Força Real**

Situé à un carrefour stratégique menant au Nord en Fenouillèdes, à l’Ouest en Conflent et Cerdagne, à l’Est à Perpignan et au Sud en Vallespir et vers l’Espagne, le lieu de Millas a toujours été un gros bourg économiquement dense et dont l’histoire remonte à l’époque néolithique. De cette période ont été mises à jour des haches en pierre polie au lieu-dit de Palaus et le site du village lui-même était habité dès huit siècles avant J.-C. comme en témoigne le cimetière à incinérations de l’époque des « Champs d’Urnes » situé à l’ouest de l’actuelle agglomération.
Le nom Millares est cité pour la première fois en 898 dans un texte qui mentionne également une prise d’eau et le canal d’eau qui arrosait le territoire situé sur la rive gauche de la Têt. En 915 Millares devient Miliare, puis Milarium, Milliarios et aux XIe et XIIe siècles Miliars, Millats, Millars et enfin au XVIIe siècle Millas. Si l’on en croit le blason de la ville, représentant une plante en épi, le nom de Millas découlerait de la culture intensive du mil, mill en catalan, dès le Moyen-Age.

Les plus anciennes constructions visibles sont les vestiges du château construit au XIIIe ou XIVe siècle, au centre du village, et sans doute en remplacement d’un édifice antérieur. A cette époque............

 

dimanche 17 avril 2016 PIC DE GINEVRE 2382M*** en raquettes

Comme à Malniu, cette fois-ci au départ de Fontrabiouse, nous n’emprunterons pas de sentier déterminé, mais une crête forestière que nous longerons. Le parcours sera marqué par d’anciens murets, preuve d’une activité humaine intense dans le passé. Par moments, nous aurons même l’impression de marcher sur de vieilles sentes. Nous frôlerons le roc de la font viva et quelques espaces dégagés avant d’atteindre une piste de ski et de rejoindre le serrat del bosc nègre. Du terminal du télésiège, Le pic de Ginèvre pointera alors le bout de son sommet. Une légère descente nous permettra de rejoindre une autre piste de ski, que nous remonterons jusqu’à la table sommitale.

 

Dimanche 10 avril 2016 Jujols**

Entre Serdinya et Olette la rive gauche de la Têt est coupée par deux ravins (Claraneil et Lavall) entre lesquelles s’élèvent des collines escarpées, contreforts de la montagne qui sépare cette vallée de celle de Conat ; à mi- pente, sur les hauteurs, se niche à 960m d’altitude le village de Jujols dont le territoire s’étend des bords de la Têt jusqu’au sommet du mont Coronat entre 550m et 2132m d’altitude.
La 1ère mention connue de Jujols, Iullols, remonte à l’an 930.Jujols apparaît à l’origine comme une portion de la Séjonie ou Sajonia du Conflent qui était au Moyen Age une circonscription judiciaire dont Serdinya était le siège ; elle était administrée par un officier de justice (saig en catalan).
Les souverains du pays s’en étaient réservés la juridiction mais ils en avaient aliéné le domaine en y créant quelques fiefs de chevaliers. Ses terres étaient possédées à titre allodial par quelques familles établies à Villefranche à la fin du XIIIe s. En 1265, Guillem de Cornillach de Villefranche achète cette seigneurie au roi Jacques 1er d’Aragon et le transmet à ses descendants.....

 

Dimanche 3 avril 2016 - Le Pic de Camporells*** 2671m (en raquettes)

image
Nous démarrerons de la station de Formiguères qui vient de fermer ce weekend. Utiliser les pistes de ski nous assurera un parcours enneigé tout au long de cette première grimpette jusqu’à la Serra de Mauri d’où nous aurons une vue plongeante sur le cirque des Camporells délimité par les pics Pérics, Porteille Gran, Mortès, Mortiès... après une brève descente, nous prendrons pied sur ce bel écrin où se cachent les lacs encore gelés puis, par une agréable montée, nous contournerons notre objectif afin de le gravir par son arrête sud-ouest…

 

Dimanche 27 mars 2016 - La Trinité Prunet Bellpuig*

image La Trinité : en 899 première citation de la Serra Sancti Petri.
Elle fut consacrée en 953 par Riculfe II évêque d’Elna. Ce sanctuaire était l’église paroissiale du village de la Serra (toponyme désignant une croupe allongée entre deux vallées). En 1367, il est fait mention d’un autel dédié à la Sainte Trinité. Mais ce n’est qu’au XVIIe s que cette dénomination l’emportera sur le vocable originel.
Véritable joyau de l’art roman, l’édifice actuel est le fruit de deux grandes campagnes de construction ; la grande nef fut érigée fin du XIe s
et le chevet semi circulaire début XIIe s, le collatéral semi voûté fut greffé au sud de la nef au début du XIIIe s.
La trinité de Bellpuig est surtout connue pour les magnifiques ferrures de sa porte méridionale du XIIe s et pour son Christ roman, en bois polychrome la Santa Majestat qui fait toujours l’objet d’une grande vénération populaire. Au-dessus du village sur le mont dominant l’église Saint Pierre, se trouvent les ruines du château médiéval de Bellpuig..........

 

Dimanche 20 mars 2016 Le Pic de la Rouquette*** 2345m (en raquettes)

image
Puisque la Cerdagne reste cette année désespérément sèche, nous irons dans le massif du Madres, sur son côté nord-est, au climat plus rude soumis aux influences océaniques et du Carcanet. Ce massif, à la fois proche et sauvage est une valeur sûre quant à la neige et un lieu privilégié pour la pratique de la raquette avec ses nombreuses approches possibles. Dans cet itinéraire, dont le départ est proche du col de Jau, après une approche par l’ancienne minuscule station de ski, nous monterons vers le refuge du Callau, malheureusement tombant à l’abandon. Puis nous poursuivrons après le refuge dans la forêt par un ancien chemin d’estives, et nous arriverons sur une large crête, d’abord boisée puis se dégageant progressivement avec les rigueurs climatiques liées à l’altitude. Sur les hauteurs, jusqu’au sommet, nous pourrons apprécier la vue dégagée, si le temps nous le permet…

 

Dimanche le 13 mars 2016 Portus Veneris Paulilles**

image Pour certains de nos contemporains, Port-Vendres fut le port d’embarquement vers l’Algérie et une guerre qui ne disait pas son nom. Pour d’autres, ce fut la terre d’accueil de ceux qui durent la quitter, précipitamment. La vie d’un port est ainsi faite de contrastes.
L’histoire de Port-Vendres, administrativement parlant, ne commence qu’en 1823, date à laquelle elle devient une commune automne. Auparavant, elle était une annexe et son territoire de 1477 habitants a été le résultat d’un démembrement des communes de Collioure et de Banyuls sur Mer, cette dernière cédant les lieux de Paulilles et de Cosprons. Mais Port-Vendres a un passé, même si encore au XVIIe siècle, le site ne comptait que peu d’habitations.
Dès le 1er siècle, Portus Veneris (le port de Vénus) est cité par le géographe Pomponius Mela et un quiproquo existe au sujet de l’existence supposée d’un temple de Vénus que certains autres géographes de renom comme Pline, Strabon ou Ptolémée situent à Portus Veneris. Malheureusement, il n’existe pas le moindre vestige de ce temple et.................

 

version php = 8.1.27    Administration  -  site créé par Denis Lambert, à Perpignan. Pour tout renseignement, contactez Villa Flore
Nb total de visiteurs: 248214 Nb de visiteurs aujourdhui: 39 Nb visiteurs connectés: 1 - Referencement Google On n'hérite pas de la terre de ses parents ... On l'emprunte à ses enfants (Saint-Exupéry) ... Protégeons la ...