soleil

Pot Rando'Club   à Perpignan - Randonnées, Raquettes ...

Nous sommes le mardi 16 juillet 2024    Nous fêtons les : Carmen - Elvire - ND Mt Carmel -   Demain : Arlette - Carole - Caroline - Charline - Charlotte - Marcelline - Victoria -

Pot Randos Club

Image aléatoire

Venez nous rejoindre pour randonner en toutes saisons dans nos belles Pyrénées (Pyrénées-Orientales, Aude, Ariège, Catalogne...)
Deux niveaux sont proposés :

  • Groupe montagnards : 6 à  8 heures de marche, dénivelé positif d'environ 1000 mètres. Raquettes / crampons en période hivernale.
  • Groupe randonneurs : 4 à  6 heures de marche, dénivelé de 100 à  400 mètres, avec souvent une grillade proposée sur aire aménagée en période autorisée lors de la pause méridienne.

Ces randonnées se pratiquent le dimanche et parfois sur le weekend avec bivouac, refuge ou gîte.
Vous pouvez consulter le programme du semestre en cliquant sur la rubrique "Programme" en haut de la page.

!Pour participer à  une première sortie, veuillez préalablement prendre contact avec l'organisateur de la randonnée .

Didier 06 45 67 54 42 - Jean-François 06 20 40 63 05 - Guillaume 06 89 62 03 00
Cathy 06 52 14 10 16 Jean 06 63 80 33 35
Daniel 06 67 39 17 10 Dominique06 35 31 37 54

Ensuite, il vous suffira de vous rendre sur le lieu de rendez vous à  l'heure indiquée, en principe sur le parking de la piscine du Moulin à  Vent à  Perpignan.
Vous choisirez alors soit, à  titre d'essai, de ne prendre que l'assurance/participation à  cette randonnée (3 euros), soit de souscrire directement à  la cotisation annuelle incluant la licence (35 euros)
Dans les deux cas un certificat médical de non contre-indication à la pratique de la randonnée est exigé.
Pour nous rendre sur le lieu de départ de la rando, nous pratiquons habituellement le covoiturage.


Liens : Chants d'oiseaux - Guide de la Nature - Flore - FSGT - Généalogie catalane partielle -
Pages Infos : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57

Le dimanche 19 novembre 2017 Le Roc dels Cimbells*** 2284m

image
A l’instar des Mosquit ou autre Capsola, le Cimbells fait partie de ces quelques sommets qui, malgré leur modeste altitude, ne se laissent conquérir qu’en échange d’un bel effort. Niché sur une crête sauvage se déployant du Pic de la Dona jusqu’au Roc dels Trepassats, lui rendre visite nous contraint à faire le choix entre une longue approche et une vaillante progression.
L’itinéraire en circuit proposé nous permettra de concilier les deux et sous le regard bienveillant du Canigó, nous offrira ainsi un panel de différentes typologies de parcours.

Nous entamerons donc la montée par le confortable GR10 que nous laisserons filer vers Carança au niveau du Coll del Pal. Là, nous prendrons la sente plein nord en direction de notre objectif que nous atteindrons après un long cheminement panoramique de crêtes sur lesquelles nous rencontrerons trace des premières neiges de la saison. Après avoir aisément franchi le Ribes Blanques puis le Costa Llisa, nous devrons alors affronter les derniers remparts du Roc, aidés de notre appétit aiguisé.
Plus direct, le retour se fera par le chemin pastoral, via le Collet del Monjo et le Planell de l’Orri. Arrivés à la passerelle, il nous suffira alors (et sans rechigner) de grimper les cent-cinquante derniers mètres qui nous séparent de la chaude collation ou de la fraîche et moussue pression.

 

Dimanche 12 novembre 2017 VINGRAU Le pas de l’Escale**

image
Aujourd’hui le village de Vingrau s’appuie sur un relief du planal de l’Archatell, dans un repli de celui-ci, sur fond de falaise calcaire, la Serre, lieu d’escalade mais aussi habitat pour l’Aigle de Bonelli.
En contrebas du Pas de l’Escale, le cirque de Vingrau étale son paysage très graphique de vignes, qui devient une splendeur à l’automne. Le cirque est bordé au Sud par des calcaires issus de récifs coralliens, très compacts, très convoités par les industriels. Les immenses carrières exploitent un marbre blanc très fin, utilisé dans l’industrie chimique.
La falaise bordant à l’Ouest la combe de Tautavel/Vingrau formée elle aussi de calcaire, est d’une autre nature, plus propice à l’érosion par l’eau : elle abrite des grottes appelées « caunes ». La plus célèbre est la Caune de l’Arago, où fut découvert le crâne d’un homme du paléolithique de 450 000 ans...

 

dimanche 5 novembre 2017 Le pic des Très Estelles*** alt 2089m

image
Départ de la randonnée au millieu du village
Arrivé au pic des Très Estelles à 2089 m nous prendrons le repas avec une vue majestueuse à 360° , sur le Roc Nègre, pic de Boucacers, les Esquerdes de Rotja, et le pic de la Dona.
Nous ferons une boucle, pour finir la randonnée par le cimetière

 

Dimanche 29 octobre 2017 Le prieuré de Marcevol**

image

C’est le 24 1 1129 que l’évêque d’Elne « donne à N.S. J-C et à son Saint Sépulcre, à la congrégation des chanoines et à leurs successeurs, et remet, entre les mains du Prieur Jean, l’église Sainte Marie de Marcevol libre et franche avec tous ses droits présents et à venir ». Ainsi s’ouvre une période de trois siècles et demi pendant laquelle les chanoines du Saint-Sépulcre occuperont à Marcevol un prieuré.
La création de l’ordre du Saint-Sépulcre est liée à la conquête des lieux saints lors de la première croisade (1096-1099) qui verra également naître l’ordre des Templiers et celui des hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem...

 

dimanche 22/10/2017 SERRAT DE LA LISSA CREMADA*** (2347m)

image
Il y a Fontrabiouse et sa célèbre grotte, que des centaines de vacanciers visite chaque année. Et puis, il y a Fontrabiouse méconnu. Non pas mystérieux, quoique… Je ne connais pas l’histoire du village. Peut-être recèle-t-il quelque secret ? Méconnu par ses alentours, ses beaux parcours de randonnée, les crêtes dominant Pyrénées-Orientales et Ariège.
Pas de sentier après le village. Nous traverserons des champs en friche pour rejoindre une crête forestière que nous longerons. D’anciennes pistes jalonneront le parcours. Des murets aussi, pour certains encore en état. Nous passerons le roc de la font viva, des espaces dégagés, comme le Cortal del Magret, preuve d’une activité humaine intense dans le passé. Lorsque nous aurons atteint le serrat del bosc nègre, nous aurons le Serrat de la Lissa Cremada en point de vue. Impossible, “sauf à vouloir se faire plaisir”, de grimper ses pentes abruptes. Nous nous dirigerons vers Le pic de Ginèvre, mais nous bifurquerons sur la gauche, par une crête secondaire, vers La Lissa Cremada, formant un belvédère naturel.
Le retour s’effectuera par Le Pla Bernat, Le Rec des Escurgots, pour rejoindre le Roc de Querubi. Par une piste et de vieilles sentes l’entrecoupant, nous reviendrons à Fontrabiouse.

 

Dimanche 15 octobre 2017 Ceret capitale du Vallespir*

image Cette agréable ville est assise sur le versant de la montagne du Bularic. La douceur de son climat, sa position géographique, ses cerises mais aussi son histoire font de cette ville une attachante cité aux facettes multiples où se marient de façon heureuse les traditions populaires et l’art moderne.
La ville de Céret est nationalement connue pour ses cerises. Chaque année les premiers fruits récoltés de la saison sont destinés au chef de l’Etat.
Le nom de Ceret apparaît dans la documentation en 814 sous la forme primitive de « vicus Sirisidum » ainsi que l’église Saint Pierre. Cette précocité, le terme de vicus (village) et la mention de l’église déjà existante, font penser à un petit centre rural d’origine antique, bien installé dans la partie la plus fertile et la mieux exposée de la vallée du Tech.
La forme sirisidum procède du latin ceresetum (cerasus= cerisier) et suggère une plantation de cerisiers ce qui correspondrait à la tradition arboricole du lieu...

 

DIMANCHE 08/10/2017 PIC DE LA TOSA (2340m)***

image Sommet peu connu, pour ne pas dire ignoré, entre France et Espagne, le Pic de La Tosa n’est pas des plus faciles à atteindre. Une longue marche d’approche sera nécessaire par sentier et piste à la dénivellation variable. Le couvert forestier y est abondant dans sa première partie. Surtout lorsque nous longerons le canal Sant Pere bordé de champs et de murets. Au Devinalles, nous bifurquerons à gauche. Et ce n’est qu’après un pylône de télécommunication que nous quitterons définitivement, hormis un cours tronçon, les sentes. Les pentes s’accentueront alors. Le dénivelé se fera fortement sentir. Forêt et roche pour tout environnement, en particulier le Roc de l’Aliga. Éparpillement de rochers de toutes tailles, il nous mènera jusqu’au dôme dégagé offrant une vue splendide sur la cerdagne et l’Espagne. Le sommet n’est pas caractéristique. Seule la borne 434 indique sa position. Les bornes et croix frontières, résultat du traité des Pyrénées du 7 novembre 1659 entre le royaume de France et d’Espagne, ont été mises en place sous Napoléon III. Pour la plupart, elles sont difficiles à trouver.

 

Dimanche 1er octobre 2017 Vicomté de Fenouillet**

image Fenouillet est un tout petit village composé de sept hameaux, dont le principal, « la Vilasse », est encadré par les ruines de deux fortifications : le château de Saint-Pierre au nord et le Castel Sabarda au sud. Au Moyen Age, alors que cette seigneurie était la capitale du Fenouillèdes, un troisième château : le Castel-Fizel lui était rattaché. Il ne reste malheureusement plus grand-chose de sa puissance passée, mais le cadre naturel, et notamment les gorges de Saint-Jaume sont superbes.
La seigneurie de Fenouillet apparaît aux alentours de l’an mille, c’était alors le siège d’une vicomté détenue par les comtes de Besalù. Elle fut officiellement citée pour la première fois en 1070, lorsqu’elle passait sous l’autorité des comtes de Barcelone, avant de rejoindre la Maison d’Aragon qui la conserva jusqu’à la Croisade contre les Albigeois.
Durant ces terribles évènements, nous savons, que le dernier vicomte des lieux, Pierre IV de Fenouillet, prit une part active dans la lutte contre les Croisés et que ses châteaux servirent de refuges à de nombreux chevaliers faidits (dépossédés de leurs biens).
En 1229, lorsque le comte de Toulouse conclut la paix avec le roi de France (Traité de Meaux Paris), Pierre IV fut contraint de déposer les armes et céder son château ainsi que l’ensemble du Fenouillèdes à un certain Nunez Sanche, comte de Roussillon.
Treize ans plus tard........
la suite dimanche :)

 

Dimanche 24 septembre 2017 Puig de l'Estella** 1782m - Rando gastronomique

image Après les sommets et les crêtes de haute-montagne, le POT vous convie dans des contrées plus accessibles, mais non moins plaisantes, que ce soit pour nos yeux que pour nos papilles. Le Puig de l’Estelle, splendide belvédère, nous offrira de très beaux points de vue sur la plaine ainsi que sur le Canigou. Il surplombe aussi les mines de Batère, les dernières en activité sur le département, dont les vestiges nous accompagneront tout au long de la randonnée, jusqu’au repas qui se fera dans des anciens baraquements. Il s’agit du refuge de Batère, sympathique lieu idéalement situé le long du GR10, une des bonnes tables montagnardes.

 

Dimanche 17 septembre 2017 Castellnou*

image Le château vicomtal de Castellnou fut construit vers 988-990, pour servir de capitale militaire et administrative à la vicomté de Vallespir, crée lors du partage des comtés d’Oliba Cabreta, Comte de Cerdagne et de Besalù, entre ses enfants, Bernard Taillefer, héritier du Comté de Besalù, du Vallespir, du Fenolledes (Fenouillèdes) et du Perapertuses (Peyrepertuse), et Guifred, qui hérite de la Cerdagne, du Conflent et du Capcir.
Ce « château neuf » fut érigé sur le territoire primitif de Cameles (Camelas), dont l’ancien château, cité en 941 fut le berceau de la famille vicomtale, issue des seigneurs de Cameles.
Castellnou apparaît pour la première fois dans l’’histoire en 993, à l’occasion d’un plaid qui s’y tint sous la présidence de la comtesse Ermengarde, veuve du comte Oliba de Cabreta. Un Oliba vicomte y était présent, qui doit être le même qu’Oliba, le plus jeune fils d’Ansemond, seigneur du château de Cameles en 941.
Ce qui est certain, c’est que le successeur de cet Oliba, Guillem 1er (dès 1003), petit- fils d’Ansemond de Cameles, s’intitule en 1017 « vicomte du Vallespir » et « vicomte de Castellnou » en 1020. Ce dernier est le premier des onze autres vicomtes qui se succèderont jusqu’en 1321.
La vicomté de Castellnou comprenait outre le Vallespir proprement dit, la majeure partie des Aspres jusqu’à la vallée de la Têt et jusqu’à Ponteilla et Llupia inclus.
Appuyés sur ces vastes possessions les Castellnou furent durant le haut moyen âge la plus puissante famille féodale du pays.......

 

version php = 8.1.29    Administration  -  site créé par Denis Lambert, à Perpignan. Pour tout renseignement, contactez Villa Flore
Nb total de visiteurs: 263204 Nb de visiteurs aujourdhui: 70 Nb visiteurs connectés: 2 - Referencement Google On n'hérite pas de la terre de ses parents ... On l'emprunte à ses enfants (Saint-Exupéry) ... Protégeons la ...