soleil

Pot-Rando'club à Perpignan,

Nous sommes le jeudi 23 novembre 2017

le Pot-Rando, amicale de randonneurs.

Image aléatoire

Le POT Rando est une association de randonneurs épris de nature.
Il est composé de deux sections proposant chacune un niveau de difficultés différent. Les randonnées ont lieu généralement le dimanche ou le weekend sur tous les massifs du département, dans l'Aude, l'Ariège ou en Catalogne et plus exceptionnellement dans les Pyrénées centrales et au-delà...


- 1er groupe : sorties conviviales accessibles à tous, de 4 à 5 heures de marche.
Une place importante est laissée à l'histoire locale.
Les pauses et le repas de midi (avec grillade la plupart du temps) ne sont pas négligés.
Le départ est fixé habituellement entre 8h30 et 9h00.



- 2ème groupe : Sorties plus physiques, de 5 à 8 heures de marche.
En période d'hiver, parcours en raquettes quand l'enneigement le permet.
Parfois sorties sur deux jours avec nuit en refuge, en gîte ou en bivouac. Dans ce cas, ceux qui le souhaitent peuvent généralement rejoindre le groupe le dimanche matin.
Départ vers 7h00

Chacun des sept organisateurs propose à tour de rôle une randonnée originale sortant des "sentiers battus".
La participation aux sorties implique soit l'adhésion annuelle au club incluant la licence (35 €), soit, dans un premier temps, l'assurance journalière de 3 € (Carte d'initiative Populaire).
Sauf exception, le rassemblement pour le départ a lieu à la piscine du Moulin à Vent. Il est possible de covoiturer.
S'il le souhaite, chaque adhérent ou visiteur reçoit par courriel le programme de la prochaine sortie, avec l’indication de son degré de difficulté, du temps de marche, du dénivelé...
Pour une première participation, il est souhaitable de contacter l'organisateur de la sortie...

pour toute précision complémentaire n'hésitez pas à contacter l'un des organisateurs:



Didier : 06 45 67 54 42 - Jean-François : 06 20 40 63 05 - Guillaume : 06 89 62 03 00 - Gérard : 06 79 48 20 41 - Jean : 06 63 80 33 35 - Cathy : 06 52 14 10 16
Daniel : 06 67 39 17 10 - Jean-Paul : 06 29 99 45 28

contact : Pot-Randos

Liens : Guide de la Nature - Flore - FSGT -
Pages Infos : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59

Dimanche 13 mai 2012, Los Masos - Prat Cabrera - refuge de l’estanyol

image Durée : 4 h 25 - Dénivelé : 700 m - Difficulté : moyen - Conditions : licenciés : 32 euros ou assurance journalière 3 euros - Repas : grillade : apporter apéro, vin, eau, viande…
Départ : 8 h 30 au parking de la piscine du Moulin à Vent à Perpignan - ou à partir de 9 h 15 au parking de Marquixanes

« SI L’ECHO DE LEUR VOIX FAIBLIT, NOUS PERIRONS… » Paul ELUARD

Le 2 août 1944, les barbares nazis affolés par la certitude de leur prochaine défaite, soulageaient leur haine et leur angoisse en venant brûler VALMANYA. La plupart des habitants, prévenus juste à temps, avaient réussi à s’enfuir. Seul quatre hommes, qui s’estimaient suffisamment âgés pour ne rien risquer, avaient choisi de rester ; il furent tous torturés et massacrés.
On ne peut oublier des actes aussi atroces et VALMANYA a choisi de ne jamais oublier cette terrible nuit. Rappelons-nous que si le nazisme a été détruit en 1945, ses idées ne sont hélas pas mortes. Il est en germe dans les propos racistes, ou simplement xénophobes et intolérants, que nous entendons trop souvent en France depuis des années. Il revient même à la mode et l’on a vu certains universitaires tenter par le mensonge d’en gommer les atrocités.
La jeunesse désemparée par le chômage, est une proie facile pour ces idéologies de la haine et de la violence. C’est pourquoi il n’est pas question aujourd’hui d’oublier la terrible leçon de VALMANYA où une nuit quelques centaines d’hommes ont renié leur âme pour devenir des bêtes.

VILLAGE MARTYR, VALMANYA fut aussi et d’abord un VILLAGE RESISTANT. Dès 1941, alors que la plupart des Français croyaient encore au Maréchal Pétain, quelques habitants avaient choisi le difficile camp de la lutte. Après le démantèlement des réseaux « Sainte Jeanne » et Sabot » en 1943 chargés de faire passer la frontière à ceux qui voulaient rejoindre la France Libre, il y eut enfin en juin 1944 la réorganisation véritable du célèbre maquis de la Pinosa qui regroupait environ 150 hommes et guérilleros espagnols.
Ce maquis, nommé « maquis Henri Barbusse » avait longtemps erré dans le département avant de finir se fixer à la Pinosa alors que déjà allemands et miliciens étaient à sa recherche. Ce 2 août 1944 est tombé Julien Panchot à la Pinouse qui restera toujours le symbole de la Résistance contre l’oppresseur nazi.

lien(s) : Récit - Mines de fer à Valmanya - Histoire de Roussillon

Dimanche 29 avril 2012, Leca - le refuge de la Devesa

image Durée : 4 h 45 - Dénivelé : 620 m - Difficulté : moyen - Conditions : licence annuelle 32 euros ... ou ... assurance journalière 3 euros
Repas : grillade : apporter apéro, vin, eau, viande…
Départ : 8 h 30 au parking de la piscine du Moulin à Vent à Perpignan

[u]L’activité du fer jadis dans les PO[/u] …
L’activité du fer- l’exploitation, transfert et transformation- a marqué les lieux de vie du massif du Canigou pendant plus de 20 siècles. Aujourd’hui de nombreux vestiges nous rappellent ce glorieux passé, ancré dans la mémoire collective.
L’exploitation a induit en effet la création d’un système d’ouvrages diffus : carrières à ciel ouvert, puis galeries, fours de grillage,voies ferrées, plans inclinés, trémies…Dans les villages et vallées, toutes les ressources locales ont été mises à contribution : torrents, forêts,cultures et …hommes. Charbonniers, muletiers, mineurs, forgerons, transporteurs faisaient vivre des familles entières.
Au milieu du XXème siècle, cette industrie n’a pu soutenir la concurrence étrangère. Les mines ont fermé et, pour les villages, ce fut la fin d’une époque prospère.

Les mines de Batère (Corsavy)
Le versant sud du Canigou renferme de nombreux gîtes de minerais de fer, dont la présence est signalée par des affleurements plus ou moins minéralisés, échelonnés sur le flanc de la montagne. La mine de Batère est située sur les contreforts Est du massif du Canigou entre 1100 et 1600m d’altitude, sur la commune de Corsavy.
Les mines de Batère ont été florissantes au Moyen Age. L’exploitation s’effectuait alors en surface. Puis les groupes sidérurgiques du nord de la France ont acquis des concessions et ont développé des méthodes d’extraction modernes avec longues galeries et engins appropriés.
A partir de 1900, le minerai extrait fut expédié par téléphérique vers les installations d’Arles sur Tech d’où il repartait, après grillage, vers les hauts fourneaux et aciéries du Tarn ou de la Loire.
C’est la Société Anonyme de Batère qui a exploité les gîtes les plus importants. La mine de Batère devint progressivement le site le plus productif du massif du Canigou. L’âge d’or de l’extraction fut la période 1870/1923 avec une reprise conjoncturelle de 1940 à 1980. Batère fut la dernière mine de fer exploitée dans le massif du Canigou (1994).
La montée en puissance de l’exploitation s’est accompagnée d’un important besoin en main d’œuvre : mineurs, boiseurs, techniciens…Au début du XXème siècle, Batère était encore un village avec son école, sa cantine-épicerie-tabac, ses dortoirs…il y eut jusqu’à 600 employés en 1900.
Batère a été l’une des plus anciennes mines de fer. Les réserves connues à ce jour sont de l’ordre de 1 200 000 T. La cessation de l’exploitation est intervenue non parce que la mine n’était pas rentable, mais parce que la société mère de Decazeville a été reconvertie en usine de traitement de ferraille.
Transformé pendant des siècles en un métal de grande qualité dans les célèbres forges catalanes, le minerai de fer a longtemps été utilisé pour la création d’armes, d’armures, de ferrures et d’outils. Plus tard, c’est pour la fabrication d’aciers spéciaux ou de pièces soumises à forte usure qu’il a été recherché. Le fer catalan était réputé pour sa grande qualité, puisqu’il orne notamment les grilles du château de Versailles…
Arles sur Tech, cité laborieuse, capitale du fer en Vallespir, avec l’apparition des forges à la catalane, réputée pour le savoir-faire de ses maîtres ferronniers et artisans du fer, a perpétué la tradition ancestrale jusqu’à nos jours.

lien(s) : histoire de la région de Cosravy - les mines de Battère - les mines de Battère

Dimanche 29 avril 2012, Le refuge de Bonaigua (1730 m) De Vernet, en passant par le coll de la Lloseta

image Niveau  : randonneur: moyen (car sur sentier), mais bonne condition physique requise - Dénivelé : 1000 m environ
Equipement : Bonnes chaussures, imperméable, coupe vent - Durée : 6 h 00
Conditions : Licence assurance journalière (pourles non-licenciés) : 3 € - Repas : grillade possible, vin et apéro bienvenus.
Départ : 7 h 15 au Parking de la Piscine du Moulin à vent, à Perpignan - ou à 7 h 45 au parking à l’entrée de Marquixanes.

C’est à nouveau sur les contreforts du Canigou que nos pas vont nous mener. Le refuge de Bonaigua est situé sur le GR 10, à la croisée de différents chemins. Idéalement placé, il sera notre aire de repos et de repas. Pour y accéder, nous emprunterons un très bel itinéraire fort peu fréquenté, aux noms imagés, la Passerre Cremade, les Orriets, lointains échos d’une ruralité aujourd’hui révolue.
Ce chemin, en balcon au-dessus de la cascade des Anglais que nous entendrons au loin, chemine entre des barres rocheuses, pour arriver à un petit barrage. Ce dernier, construit pour prévenir les crues sur Vernet, crée un spectacle insolite en retenant la neige jusqu’à former une petite « Mer de glace ». Nos montagnes catalanes sont pleines de surprises…

 

Le dimanche 15 avril 2012, La randonnée gastronomique « CHEZ FRANCOISE » à Corsavy.

image

Menu : 27 €uros :

- Charcuterie - Truite du « Pays » - Pintade et légumes - Glace ou flan maison - Vins et café compris.[/center]

Avec une mise en bouche le matin de Arles-sur-Tech au col de Caracolls.

Dénivellé : 700 m - Difficulté : niveau facile - Durée : 4 heures maxi,
Repas : Restaurant « Chez Françoise ».
Rendez-vous  : 7 heures au parking de la piscine du moulin à vent de Perpignan.
Equipement : Hiver - Conditions : assurance jounalière pour les non-licenciés (3 €) - ou - Licence annuelle 32 €
Parfois lors de retour de randonnée, on s’arrête dans un café, un restaurant, une auberge et on se dit en regardant le lieu, le menu, l’ambiance :
«  Un de ces jours j’aimerais bien goûter à ces plats typiques, plus tard peut-être ».
Vous pouvez réaliser votre rêve : le 15 avril 2012 au restaurant « Chez Françoise » à Corsavy.
Mais avant cela, il vous faudra le matin pour vous aiguiser l’appétit monter au col de Paracolls, très bel itinéraire vers le Pic de Belmaig mais ceci est peut-être une autre histoire.

 

Dimanche 8 avril 2012, Le roc Mosquit (1901 m) en partant de Clara

image Niveau : randonneur: moyen (car sur sentier), mais bonne condition physique requise
Dénivelé : 1100 m environ - Equipement : Bonnes chaussures, imperméable, coupe vent - Durée : 6 h 00
Conditions : Licence assurance journalière (non licenciés) 3 €,
Repas : repas tiré du sac, vin et apéro bienvenus.
Départ : 7 h 30 Parking Piscine de Perpignan de Perpignan ou 8 h 00 au parking à l’entrée de Marquixanes

Après la saison hivernale, et avant que les hauts sommets soient suffisamment accessibles aux randonneurs, des sommets proches et néanmoins méconnus comme ce roc Mosquit sont intéressants à parcourir. Il fait parti de ces postes avancés du Canigou au dessus de Prades et de la plaine du Roussillon qui, de part sa position géographique, est à l’abri de la tramontane ce qui peut être appréciable. Ne vous laissez pas impressionner par le dénivelé car comme de nombreuses approches du Canigou, le sentier est très praticable et la montée comme la descente (relativement) courtes, donc il suffit de trouver son rythme ; cela va tout seul ou presque et nous mettra en jambes pour la suite… Si la montée est en grande partie dans la forêt, à son point culminant, le point de vue est (normalement) bien dégagé en quasi surplomb sur la plaine, et la descente sur des « solanes » (prairies orientées vers le sud) nous amènera vers des orris « géants », à l’architecture rare.

 

Pages Infos : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59
haut de page
version php = 7.0.25    Administration  -  site créé par Denis Lambert, à Perpignan. Pour tout renseignement, contactez Villa Flore

Fatal error: Uncaught Error: Call to undefined function eregi() in /homepages/16/d358035535/htdocs/potrandos/visites/visites.php:30 Stack trace: #0 /homepages/16/d358035535/htdocs/potrandos/includes/pied.php(25): include() #1 /homepages/16/d358035535/htdocs/potrandos/accueil/afficher_page.php(342): include('/homepages/16/d...') #2 {main} thrown in /homepages/16/d358035535/htdocs/potrandos/visites/visites.php on line 30