soleil

Pot-Rando'club à Perpignan,

Nous sommes le jeudi 23 novembre 2017

le Pot-Rando, amicale de randonneurs.

Image aléatoire

Le POT Rando est une association de randonneurs épris de nature.
Il est composé de deux sections proposant chacune un niveau de difficultés différent. Les randonnées ont lieu généralement le dimanche ou le weekend sur tous les massifs du département, dans l'Aude, l'Ariège ou en Catalogne et plus exceptionnellement dans les Pyrénées centrales et au-delà...


- 1er groupe : sorties conviviales accessibles à tous, de 4 à 5 heures de marche.
Une place importante est laissée à l'histoire locale.
Les pauses et le repas de midi (avec grillade la plupart du temps) ne sont pas négligés.
Le départ est fixé habituellement entre 8h30 et 9h00.



- 2ème groupe : Sorties plus physiques, de 5 à 8 heures de marche.
En période d'hiver, parcours en raquettes quand l'enneigement le permet.
Parfois sorties sur deux jours avec nuit en refuge, en gîte ou en bivouac. Dans ce cas, ceux qui le souhaitent peuvent généralement rejoindre le groupe le dimanche matin.
Départ vers 7h00

Chacun des sept organisateurs propose à tour de rôle une randonnée originale sortant des "sentiers battus".
La participation aux sorties implique soit l'adhésion annuelle au club incluant la licence (35 €), soit, dans un premier temps, l'assurance journalière de 3 € (Carte d'initiative Populaire).
Sauf exception, le rassemblement pour le départ a lieu à la piscine du Moulin à Vent. Il est possible de covoiturer.
S'il le souhaite, chaque adhérent ou visiteur reçoit par courriel le programme de la prochaine sortie, avec l’indication de son degré de difficulté, du temps de marche, du dénivelé...
Pour une première participation, il est souhaitable de contacter l'organisateur de la sortie...

pour toute précision complémentaire n'hésitez pas à contacter l'un des organisateurs:



Didier : 06 45 67 54 42 - Jean-François : 06 20 40 63 05 - Guillaume : 06 89 62 03 00 - Gérard : 06 79 48 20 41 - Jean : 06 63 80 33 35 - Cathy : 06 52 14 10 16
Daniel : 06 67 39 17 10 - Jean-Paul : 06 29 99 45 28

contact : Pot-Randos

Liens : Guide de la Nature - Flore - FSGT -
Pages Infos : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59

Dimanche 14 février 2016 Notre Dame de Pena*

image Le mot pena ou penya signifie roche. Il désignait au Moyen Age le château bâti dans le roc sur la montagne. Notre Dame de Pena fut construite sur l’emplacement d’une forteresse citée en 1011 dans le testament de Taillefer, comte de Besalù (Castellum Pena).
Ce château avait un rôle défensif et contrôlait la vallée de l’Agly et son méandre. Il était renforcé, dans la partie la plus haute et la plus escarpée, d’une tour à signaux dont il ne reste plus que la base.En 1111, faute de descendance directe, le dernier comte de Besalù laisse sa succession au comte de Barcelone.
La famille de Pena est citée pour la première fois en 1130 et occupera les lieux jusqu’en1267, date à laquelle le chevalier Pere de Pena cède tous ses droits sur le château aux chanoines augustins d’Espira de l’Agly. Il dépendra ensuite de Notre Dame de Real de Perpignan en 1381.
La découverte de la statue de la Vierge dans une grotte voisine, située au-dessus de la Coume de l’Ermita, est à l’origine de la construction de la chapelle et transforme les lieux en sanctuaire marial.
La chapelle est mentionnée en 1224 dans un legs que lui fait Berenger de Peyrestortes. Après la vente du château de Pena aux chanoines d’Espira de l’Agly, une nouvelle chapelle fut construite sur son emplacement pour accueillir la statue. Abandonnée depuis la Révolution, la chapelle demande à être restaurée...

 

les 30 et 31 janvier 2016 Comus – Pic Fourcat*** (1929 m) en raquettes

image

Il est heureux de constater qu’il est toujours possible de dénicher des petits coins de montagne, sauvages, préservés et accueillants. En voici l’un d’eux, aux confins de l’Aude et au tout début de l’Ariège. Sa position géographique a certainement contribué à préserver la beauté de ces lieux. Avec des paysages variés, et des points de vue larges, nous aurons tous les ingrédients pour une belle randonnée raquettes. Nous commencerons par une douce montée dans la forêt du bois de Font Frède jusqu’au Col de la Gardie, puis contournerons les barres du Rocher de Scaramus , avec une dernière bonne grimpette puis c’est la crête avant l’arrivée au Pic Fourcat et sa vue à 360°. La descente, par le hameau en ruines de l’Ourza nous ramènera à Comus. Notre première escapade l’an dernier avait été perturbée par une belle tempête. Peut-être cette année sera-t-elle la bonne ? En tous les cas, le lieu vaut le déplacement…

 

Dimanche le 31 janvier 2016 - Le château de Paracolls**

image
Le château de Paracolls se dresse sur une éminence rocheuse aux parois abruptes qui domine sur sa rive droite le cours de la Castellane à l’entrée du défilé des Bains de Molig.
Sa position stratégique et la présence de rochers de Molig située sur la rive opposée lui permettent de verrouiller le passage de la voie qui suit le tracé de la rivière entre Prades, en aval et le col de Jau, en amont, franchissement aisé qui relie la plaine du Roussillon à la haute vallée de l’Aude.
Quelques débris d’une tour formant donjon, des traces d’une citerne reconnaissable à son enduit rose perdue au milieu des décombres et une chapelle en miniature suspendue sur des abîmes, attirent tout au plus l’attention de l’archéologue.
Le système défensif de la vallée de la Castellane, élaborée au cours des siècles s’articule autour de plusieurs fortifications. Outre le château de Paracolls, on note la forcia puis castrum du village de Mosset (mentionné en 1175), le castrum du village de Catllar (1267), la tour de Mascarda (1350) ou encore le castrum de Molitg.
La première mention du château de Paracolls date du milieu du Xe siècle. Il apparaît en 948 sous le nom de castrum Paracollis, ce qui en fait le plus anciennement répertorié pour cette ligne de fortifications.
La famille particulière qui tenait en fief le château de Paracolls, sous la suzeraineté des comtes de Cerdagne se montre pour la première fois au commencement du XIIe siècle...

 

24 janvier - El Refugi de Malniu de Guils de Cerdanya*** (2200m) - raquettes

image Je vous propose une randonnée raquettes atypique pour le club, puisque nous ne gravirons aucun sommet remarquable et ardu. Nous longerons une crête par un sentier, au départ de Guils de Cerdanya pentu, qui nous permettra d’atteindre le Pic Peransau et Roques Feres. Deux pics à peine perceptibles tant ils se fondent dans le décor de la crête. Nous ne serons alors qu’à quelques enjambées de L’estaciÏŒ d’esqui de fons de Guils-Fontanera. Plus loin, La Feixa, plateau marqué par un refuge, malheureusement fermé, dominé par le Roc Roig. Un dernier tronçon, sympathique, plus sauvage, nous mènera au refuge de Malniu.

 

Dimanche 17 janvier 2016 Arles sur Tech et sa tombe mystérieuse**

image
La ville d’Arles sur Tech, au pied du mont Canigou, est située sur la rive gauche du Tech et son emplacement actuel n’est pas son lieu de naissance. En effet si la création de la ville se confond avec celle de la primitive abbaye Sainte Marie, celle-ci fut fondée vers la fin du VIIIème siècle sur le site des anciens thermes romains dits « Els Banys d’Arles » soit l’actuel ville d’Amélie-les- Bains.
Le moine fondateur, Castellanus, qui fuyait les persécutions arabes, trouva ici un refuge sur ces terres récemment libérées. A la fin du IXème siècle, le siège du monastère fut transféré par l’abbé Suniefred sur le site de l’actuelle ville d’Arles. Cette abbaye, qui est le plus ancien monastère bénédictin des pays catalans fondé après la libération de l’occupation arabe, gagna rapidement en prospérité, grâce à la protection des comtes de Cerdagne puis de Besalu et elle devint la seconde plus importante du pays, après St Michel de Cuxa.
Le site choisi n’était pas le fruit du hasard mais l’affirmation du contrôle exercé par l’abbaye sur les zones d’exploitation du minerai de fer dont les flancs du Canigou regorgent. L’extraction du fer dans la haute vallée du Riuferrer (rivière du fer) était déjà, à l’époque romaine, une activité reconnue. L’abondance de débris de poteries et d’amphores souvent mêlés aux scories de minerai prouve que l’extraction et le traitement du fer s’effectuaient sur les rives du Riuferrer.
Jusqu’à la Révolution, ce sont les moines qui accordent les concessions minières aux maîtres de forge et ceux-ci installent leurs ateliers de fonte de minerai et du forgeage de fer sur les lieux mêmes d’extraction, à proximité de sites boisés. Car il faut beaucoup de bois pour produire du fer mais on tire parti des zones déboisées qui deviennent des pâtures pour l’élevage des moutons dont on utilisera la laine...

L’EAU MIRACULEUSE:
En 1910, l’abbé Castre, curé d’Arles, mettant au défi les libres penseurs d’expliquer la présence permanente d’eau dans un sarcophage, offrait une prime de 1000 francs à qui percerait le mystère. La somme fut déposée chez un notaire d’Arles et personne ne l’a réclamée.
Voilà donc une histoire d’eau, qui depuis des décennies, a fait couler beaucoup…d’encre.


 

Pages Infos : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59
haut de page
version php = 7.0.25    Administration  -  site créé par Denis Lambert, à Perpignan. Pour tout renseignement, contactez Villa Flore

Fatal error: Uncaught Error: Call to undefined function eregi() in /homepages/16/d358035535/htdocs/potrandos/visites/visites.php:30 Stack trace: #0 /homepages/16/d358035535/htdocs/potrandos/includes/pied.php(25): include() #1 /homepages/16/d358035535/htdocs/potrandos/accueil/afficher_page.php(342): include('/homepages/16/d...') #2 {main} thrown in /homepages/16/d358035535/htdocs/potrandos/visites/visites.php on line 30