soleil

Pot Rando'Club   à Perpignan - Randonnées, Raquettes ...

Nous sommes le jeudi 14 novembre 2019    Nous fêtons les : Sidoine - Sidonie -   Demain : Albert - Alberta - Alberte - Albertine - Alberto - Arthur - Artur - Arturo - Léopold - Léopoldine - Malo - Victoire -

Pot Randos Club

Image aléatoire

Venez nous rejoindre pour randonner en toutes saisons dans nos belles Pyrénées (Pyrénées-Orientales, Aude, Ariège, Catalogne...)

Deux niveaux sont proposés:


Celles ci se pratiquent le dimanche et parfois sur le weekend avec bivouac, refuge ou gîte.

Vous pouvez consulter le programme du semestre en cliquant sur la rubrique "Programme" en haut de la page.

Pour participer à une première sortie, veuillez préalablement prendre contact avec l'organisateur de la randonnée :

Didier 06 45 67 54 42 – Jean-François 06 20 40 63 05 - Guillaume 06 89 62 03 00
Cathy 06 52 14 10 16 – Jean 06 63 80 33 35 – Daniel 06 67 39 17 10 – Jean-Paul 06 29 99 45 28.

Ensuite, il vous suffira de vous rendre sur le lieu de rendez vous à l'heure indiquée, en principe sur le parking de la piscine du Moulin à Vent à Perpignan.
Vous choisirez alors soit, à titre d'essai, de ne prendre que l'assurance/participation à cette randonnée (3 euros), soit de souscrire à la licence annuelle (35 euros)
Pour nous rendre sur le lieu de départ de la rando, nous pratiquons bien évidemment le covoiturage.


Liens : Guide de la Nature - Flore - FSGT -
Pages Infos : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76

Dimanche 14 10 2018 - L’ermitage de Saint-Ferréol*

image
L’ermitage est situé sur une colline à 300 m d’altitude, à 5 km au nord de Céret en empruntant la route de Llauro, sur la rive gauche du Tech.
Le pays catalan est particulièrement riche en églises paroissiales, en ermitages dédiés à Notre-Dame (près d’une centaine) au point que l’on a pu dire que le Roussillon était « le Jardin de Marie ». Mais, beaucoup de ces ermitages sont des sanctuaires de dévotion créés à la suite d’un vécu, d’un évènement, d’un miracle, du passage plus ou moins historique d’un saint personnage, et dans nombre de cas, de la découverte (de l’invention) d’une statue de la Vierge.
En réalité l’origine de beaucoup de ces sanctuaires s’explique par la volonté de christianiser des lieux sacrés, d’origine païenne.
Le choix de l’emplacement de ces lieux est très varié. Certains ermitages sont retirés en un lieu sauvage et aride comme Notre-Dame de Pena juché sur un sommet dominant une falaise vertigineuse ou N-D de Vie surplombant la vallée de la Têt. D’autres édifices pieux nichent dans un vallon plus riant, dans un écrin de verdure : N.-D. de Coral, la Salud, Juhègues sont ombragés de hauts platanes, N-D de Consolation de marronniers, tilleuls…ou se trouvent dans des
sites à la vue dégagée offrant une vue panoramique imprenable. Ils jouent le rôle de vigie : Força Real, N.D. du Château, StMartin de la Roca....

 

dimanche 7 octobre 2018 -El Serrat de les Fonts remplacé par la Jaça dels Cortalets

image

 

Dimanche 30 septembre 2018 La Tour de France - La Tourèze*

image C’est une erreur de transcription scripturale qui est à l’origine du non-sens faisant de LaTour-de-France un administratif Latour-deFrance alors que l’on sait que le village tient son nom de sa tour médiévale. Vers l’an 873, le pays de Fenouillèdes ou « pagus Fenolientensis » ne forme qu’une viguerie, séparée du comté de Rasès mais ne constituant qu’un seul domaine avec lui. Ce comté de Rasès était possédé en commun par Wilfred le Velu, comte de Barcelone, Miron, comte de Roussillon, son frère, et par les deux frères Oliba I et Acfred I, comtes de Carcassonne. Comme on sait que les comtes de Barcelone et ceux de Carcassonne sont de la même famille, on a pu en déduire que, à la suite d’un partage familial, le territoire fut scindé en deux, créant d’un côté le pays de Rasès et de l’autre le comté de Fenouillèdes. Vers 930, le comté appartient à Seniofred, comte de Barcelone qui, par testament, le cède à son frère Oliba Cabreta, également comte de Cerdagne. En 990, c’est Bernard Taillefer, comte de Besalu, qui hérite de son père Oliba le comté de Fenouillèdes.
C’est donc vers 900 qu’une modeste bourgade regroupe ses maisons sur un promontoire schisteux dominant le cours de l’Agly. Très vite, de par sa position stratégique, le village est doté d’une puissante tour, la Tour de Triniac, qui donne son nom au village, puis d’un château et de fortifications...

 

Les 22 et 23 septembre 2018, le POT propose el Monturull*** 2761m

image Pour le dernier bivouac de l’été, nous irons nous perdre dans le plus occidental des cirques de Cerdagne adossé à la principauté d’Andorra : Els Estanys de la Pera.
Sur la route de la Seu d’Urgell, au sortir de Martinet, la route que nous emprunterons à droite nous conduira à Lles de Cerdanya et au-delà à ses pistes de ski de fond. Arrivés donc à Cap de Rec, nous prolongerons notre trajet motorisé par une piste carrossable jusqu’au Refugi de Pollineres (2140m), point de départ de notre randonnée.
En moins d’une heure nous joindrons le premier lac (2300m) par le GR11 qui, à ce niveau, emprunte avantageusement le magnifique vallon au creux duquel coule le torrent sauvage, plutôt que la piste réglementée.
Après un petit effort supplémentaire, nous choisirons alors le lieu de notre campement qui pourrait se situer idéalement sur les berges du Bassot de Claror à 2460m. La nuit qui nous avalera progressivement n’arrivera pas à nous envelopper dans un sentiment de solitude tant nombreuses seront les étoiles à illuminer ce morceau de ciel noir cerné par les géants de pierre.
La clarté du matin (Claror oblige !...) nous permettra de suivre du regard notre parcours sur les cent quatre-vingt degrés qui séparent le Monturull des Estanyons.
Quatre pics et trois cols, un vrai régal ! et à chaque port intermédiaire la possibilité de revenir rapidement à la case départ…

 

Dimanche 16 septembre 2018 Le massif de la Clape Notre-Dame des Auzils**

image Vu du littoral audois, le massif de la Clape laisse deviner son caractère insulaire. Le vert à défaut du bleu, dessine aujourd’hui ses contours. Si collines ombrées de pins d’Alep, vallons quadrillés de vignes, étangs et marais ont remplacé la mer, le massif de la Clape tire de cette réminiscence insulaire sa singularité.
Il était une fois, voici quelque 45 millions d’années…La poussée de la chaîne pyrénéo-provençale déplace les nappes rocheuses et exile, à plusieurs dizaines de kilomètres, le massif de la Clape de sa matrice d’origine, les Corbières.
L’affaissement progressif, quelque quinze millions d’années plus tard, de l’actuel golfe du Lion, autorise l’incursion de la mer dans ces fossés d’effondrement. L’inondation, qui engloutit toute la région de Narbonne, transforme le massif en île. Une configuration dont les premiers géographes, les grecs Strabon puis Ptolémée, sont encore les témoins qui, au début de notre ère, décrivent un chaînon d’îles ourlant le golfe formé par les bras de l’Atax (Aude)….

 

Pages Infos : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76
haut de page
version php = 7.2.24    Administration  -  site créé par Denis Lambert, à Perpignan. Pour tout renseignement, contactez Villa Flore
Nb total de visiteurs: 63897 Nb de visiteurs aujourdhui: 50 Nb visiteurs connectés: 4
On n'hérite pas de la terre de ses parents ... On l'emprunte à ses enfants (Saint-Exupéry) ... Protégeons la ...